VIDÉO. Égarée en Méditerranée, une baleine grise vue pour la première fois au large des côtes françaises


04 mai 2021

Une baleine grise de 8 mètres a été observée ces derniers jours le long des côtes françaises de la Méditerranée, une première. Ce bébé a quitté son milieu naturel, le Pacifique, mais doit désormais regagner son environnement, pour ne pas mourir de faim.

 

Une baleine grise a été observée le long des côtes de la Méditerranée française ces derniers jours, rapporte LCI ce mardi 4 mai. Ce bébé d’environ 8 mètres de long se serait égaré loin de son habitat naturel, le Pacifique Nord. Déjà repéré en mars au Maroc puis en Italie, le mammifère a gagné la France, une première pour le territoire.

 

« Il est possible que cette baleine, née en Californie, se soit perdue en mer de Beaufort lors de sa première saison de nourrissage et qu’au lieu de redescendre vers le Pacifique, elle ait emprunté l’Atlantique avant de se retrouver piégée en Méditerranée », explique à nos confrères Adrien Gannier, vétérinaire et membre du Réseau national échouages de mammifères marins.

Des prélèvements ADN

La baleine a été vue dans les Alpes-Maritimes, à Antibes puis à Mandelieu-la-Napoule. Elle a ensuite gagné les côtes varoises. Selon Midi Libre, elle se dirigerait vers la Baie d’Aigues-Mortes, entre l’Hérault et le Gard. « On va en mer demain du côté de l’Espiguette et nous serons vigilants si nous la croisons », indique Pauline Constantin, chargée de projet à l’Institut marin du Seaquarium, au Grau-du-Roi. Le but pour les scientifiques est de tenter de prélever un échantillon de peau de l’animal pour effectuer des analyses ADN.

Une baleine grise a été observée le long des côtes de la Méditerranée française ces derniers jours, rapporte LCI ce mardi 4 mai. Ce bébé d’environ 8 mètres de long se serait égaré loin de son habitat naturel, le Pacifique Nord. Déjà repéré en mars au Maroc puis en Italie, le mammifère a gagné la France, une première pour le territoire.

Source : Ouest France

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article